Plus
    AccueilDécryptageQUELLES CHANCES POUR UN "GRAND ACCORD" EN NOVEMBRE ?

    QUELLES CHANCES POUR UN “GRAND ACCORD” EN NOVEMBRE ?

    Publié le

    NOTRE NEWSLETTER

    Pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boite mail (attention l'inscription à la newsletter n'est pas une souscription à un abonnement)

    Les congrès des principaux partis indépendantistes, Union Calédonienne, Palika et UPM se sont déroulés comme prévu le week end dernier. L’UC a confirmé sa position radicale, laissant entendre qu’elle ne serait pas présente à la séance finale d’examen des propositions “martyr” de Gérald Darmanin. Si toutefois, des représentants du parti s’y rendaient à la dernière minute, ce ne serait certainement pas pour faire avancer les thématiques. On devrait s’attendre, au contraire à tout ce qu’est capable de produire l’UC en matière de blocages, de préalables, et de trajectoire pour l’indépendance.

    En son absence, un “petit” accord pourrait en revanche se dessiner sur le retour à une liberté de suffrages pour les élections provinciales, même si personne ne doute que cette liberté sera restreinte. La condition de résidence pour être électeur sera probablement de dix ans. Trop pour les uns, insuffisant pour les autres, cela s’appelle un compromis. Et pour l’État, un “petit accord” … mais un accord tout de même. Important pour la présentation au Parlement du processus de convocation au congrès de Versailles, et de la modification constitutionnelle permettant le “dégel” du corps électoral.

    Pour le reste, il faut demeurer réaliste. Surveillé par son futur concurrent aux provinciales dans le Nord et aux Iles, le Palika va éviter de se faire “cornériser” par les ultras de l’Union Calédonienne. On imagine mal, dans ces conditions, comment le statut futur du territoire pourrait faire consensus entre, a minima, le Palika, et les non-indépendantistes.

    Si telle était la perspective, l’État devrait s’en contenter, et les non-indépendantistes avec. Mais tout n’est pas que statut. En particulier, il est établi que le président de la République et son gouvernement tiennent le sort de la Calédonie dans leurs mains, non pas le sort de son statut, mais celui de tout une population menacée par la faillite financière, économique et industrielle. A cela, l’Union Calédonienne ne peut apporter aucune réponse, ni à ses militants, ni à ses électeurs. Là se situe la limite de sa posture radicale.

    Les derniers articles

    SELON UNE ENQUÊTE POUR CNEWS 57% DES FRANÇAIS CONSIDÈRENT QU’IL Y A DU RACISME ANTI-BLANCS DANS LES ÉMEUTES

    D'après un sondage réalisé par l’institut CSA pour CNEWS, Europe 1 et le JDD,...

    DÉFINITION : QU’EST-CE QUE LE TERRORISME ?

    En droit français, la loi du 9 septembre 1986 « relative à la lutte contre...

    GÉRALD DARMANIN ANNONCE LE LANCEMENT D’UNE OPÉRATION DE GRANDE ENVERGURE CE MATIN

    Dans un message sur X (anciennement twitter), le Ministre de l'Intérieur et des Outre-mer...

    L’Actu en 3′ – Dimanche 19 Mai 2024

    DES PERSONNES DIALYSÉES, EMPÊCHÉES DE SOINS, SONT DÉCÉDÉES Les émeutiers, à l'évidence, ne poursuivent aucun...

    L’Actu en 3′ – Samedi 18 mai 2024

    ENTRE 50 ET 60 MILLIARDS : UN MONTANT POSSIBLE DES DÉGÂTS Difficile d'apprécier de manière...

    LES ÉVÉNEMENTS DE CALÉDONIE À LA UNE DE LA PRESSE MÉTROPOLITAINE

    La Nouvelle-Calédonie fait tristement les Unes des médias français, aussi bien dans la presse,...

    Articles similaires

    DÉFINITION : QU’EST-CE QUE LE TERRORISME ?

    En droit français, la loi du 9 septembre 1986 « relative à la lutte contre...

    EXACTIONS : PROBABLEMENT 1500 SALARIÉS ET PATENTÉS AU CHOMAGE

    Détruire des entreprises n'est évidemment pas sans conséquences. Certaines, comme Le Froid + Biscochoc...

    RÉUNION DE DIALOGUE À PARIS : L’INVITATION DU CHEF DE L’ÉTAT PEUT-ELLE APAISER LES TENSIONS ?

    La nouvelle est tombée hier soir, et alors qu'à Paris, les députés s'apprêtent à...