Plus
    AccueilCulture Calédonienne"ILS VEULENT RECONSTRUIRE LE CAILLOU" - KUBY, ARTISTE

    “ILS VEULENT RECONSTRUIRE LE CAILLOU” – KUBY, ARTISTE

    Publié le

    NOTRE NEWSLETTER

    Pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boite mail (attention l'inscription à la newsletter n'est pas une souscription à un abonnement)

    Depuis le 13 mai, la Nouvelle-Calédonie traverse une crise sociale de grande ampleur, dont les conséquences se feront ressentir encore longtemps. Si certains ont pris la décision de quitter le Caillou, d’autres souhaitent reconstruire. Rencontre avec ceux qui font le pari de l’avenir en Calédonie.

    Kuby se définit comme un artiste « couteau-suisse » : graph, tatouage, musique… Il multiplie les canaux d’expression. Cela fait 11 ans qu’il est en Nouvelle-Calédonie. « Je suis arrivé en juin 2013 sur le territoire, raconte-t-il. J’ai grandi à Aubagne, dans la banlieue de Marseille. Je me suis engagé dans l’armée à 20 ans, et nous sommes venus en mission en Nouvelle-Calédonie. Et là, coup de cœur. J’ai eu la chance d’être accueilli à la tribu de Ba à Houaïlou, à la tribu de N’Dé à Païta… En quatre mois, j’ai construit des amitiés exceptionnelles, le genre d’amitié que je n’avais pas réussi à créer en France en vingt ans. Je suis rentré avec l’idée de revenir au plus vite ». Étonnamment, ce n’est pas la première fois que Kuby est confronté à une crise sociale : « Nous avons quitté la France pour les mêmes raisons que ce que nous vivons aujourd’hui, explique-t-il. La violence dans les quartiers, la misère sociale, les problèmes de racisme… ». Pourtant, pour lui, il n’est pas question de partir : « C’est maintenant, si on aime la Calédonie, qu’il faut rester pour aider à reconstruire. Ce ne sera pas facile, il faudra se serrer la ceinture et il y aura des choses qu’on aura plus. Mais moi, j’aime la Calédonie et je n’ai pas envie de l’abandonner. En France, je n’étais pas artiste professionnel. C’est la Calédonie qui m’a permis de vivre de ma passion, et j’en suis bien conscient. Je n’oublie pas que le pays m’a donné cette chance et je ne me vois pas quitter le navire maintenant que j’ai développé mon art et qu’il est commercialisable. C’est le pays qui m’a fait, c’est le pays qui a fait ma carrière, donc on va rester ».

    « C’est maintenant, si on aime la Calédonie, qu’il faut rester pour aider à reconstruire »

    Le local dans lequel il venait de s’installer en février dernier, a été détruit lors des émeutes. « Mais j’ai de la chance, car le produit que je vends est « en » moi, c’est mon art, souligne-t-il. Si je n’ai plus certains outils, j’en utiliserai d’autres. Je vais m’en sortir, car je peux être artiste dans n’importe quelle condition, dans n’importe quelle circonstance. Mon local a brûlé le 14 mai, et depuis, j’ai été porté par un élan de solidarité qui fait en sorte que j’ai pu reprendre le travail un mois plus tard ». Pour l’avenir, Kuby ne fait pas de plans sur la comète : « je vis au jour le jour, je prends soin des miens, je reviens à des choses plus essentielles, et je réapprends à aimer des choses qui nous semblaient normales auparavant ».

    <Photo – crédit Bruno Moure>

    Les derniers articles

    JAMES COOK : UNE ÉCOLE PAS COMME LES AUTRES

    Maintenant bien implantée dans le paysage éducatif du territoire, l’école internationale James Cook séduit...

    LES ÉLECTIONS PROVINCIALES POURRONT-ELLES AVOIR LIEU AVANT LE 15 DÉCEMBRE ?

    En début d’année, une loi organique décidant de la prolongation des mandats actuels des...

    L’Actu en 3′ – Mardi 23 Juillet 2024

    LE SITE MÉMORIEL DU GRAND CHEF ATAÏ PROFANÉ AINSI QUE LES NOMS DES COLONS...

    LE TOURISME CALÉDONIEN CLASSÉ AU RANG DES SOUVENIRS HEUREUX ?

    Le tourisme calédonien est en arrêt total pour la quasi-totalité des professionnels, confrontés, d’une...

    L’ÉVEIL OCÉANIEN PREND CLAIREMENT POSITION À PROPOS DE L’INDÉPENDANCE MAIS FUSTIGE LE FLNKS : UN TOURNANT ?

    Dans une lettre ouverte intitulée "Et maintenant ?" publiée sur son site Facebook, l'Éveil...

    L’Actu en 3′ – Lundi 22 Juillet 2024

    LES ÉDIFICES CATHOLIQUES FRAPPÉS PAR LES ÉMEUTIERS : L'OUBLI DE  L'UICALO ET DE L'AICLF...

    Articles similaires

    JAMES COOK : UNE ÉCOLE PAS COMME LES AUTRES

    Maintenant bien implantée dans le paysage éducatif du territoire, l’école internationale James Cook séduit...

    “ILS VEULENT RECONSTRUIRE LA CALÉDONIE” – LÉA, INFIRMIÈRE

    Depuis le 13 mai, la Nouvelle-Calédonie traverse une crise sociale de grande ampleur, dont...

    “ILS VEULENT RECONSTRUIRE LA CALÉDONIE” – MAEVA, ARTISTE PLASTICIENNE

    Depuis le 13 mai, la Nouvelle-Calédonie traverse une crise sociale de grande ampleur, dont...